Voyage solidaire du 7 au 20 février 2010

Le groupe de voyageurs et l'équipe organisatrice

Ce séjour a été préparé sur place par Jean (Président) et Joseph (Représentant local de l'association) du 24 janvier au 7 février, puis accompagné par Chantal (Secrétaire), Jean-Pierre (Trésorier) et Joseph.

Nous avons accompagné un groupe de huit personnes, constitué de 6 étudiants de l’IUT de TOURS (Aude, Emeline, Marie, Damien, Fred, Samir) et d’un couple de visiteurs : Sandy et Thierry.

Pour chacun, c’était une découverte de l’Afrique, une volonté de découvrir au plus près la vie  de la population.

1ère étape : Ouagadougou

Atelier de Djembé chez Désiré

Arrivés à Ouaga, nous avons été accueillis par notre ami Désiré et par l’équipe de terrain : Jean (Président), Félicité (Cuisinière), Hubert (Chauffeur), Joseph (Correspondant local).

Installation à l’hôtel, puis dîner chez notre amie Rachel qui avait mis les petits plats dans les grands !

Nuit calme, sans moustique.

Balade matinale dans Ouaga, avec visite du centre artisanal. Que de tentations !…objets raffinés, certains issus de recyclage tels que des sacs à mains à partir des sacs en plastique noir du commerce... du bel ouvrage.

Rencontre des membres de l’association « Aide moi à être mère », ayant pour objectifs de lutter contre la transmission du VIH/SIDA, de prendre en charge des mères séro+ et des orphelins, de développer la prévention et diffuser l’information. La présidente est Rachel.

Le déjeuner chez Désiré et Marguerite s’est conclu par un apprentissage du djembé avec deux musiciens. Nous étions déjà dans l’ambiance.

 

 

2e étape : Koudougou

Atelier de Bronze chez Tasséré

Installation : les anciens dans la villa du CET, les jeunes à la Maison des projets (à droite en descendant vers le centre ville). Nous y resterons 3 nuits. Nous faisons le marché avec Félicité, qui nous prépare les repas à la villa. Le planning est chargé : visites du jardin d’enfants, du CET et causerie avec les profs, visite de la ferme de spiruline, visite de l’association de Rose (atelier de femmes) , atelier pratique du bronze chez Tasséré où chacun exprime son art !

Le mercredi soir, une rencontre est organisée avec les jeunes de Bissandérou, étudiants à Koudougou. Le débat est animé et nous décidons de nous revoir à notre retour du village. Nous partagerons le repas. Les jeunes français sont admiratifs face à la culture et la détermination des jeunes burkinabés.

 

3e étape : Bissandérou

Accueil chaleureux au centre d'hébergement

Départ pour Bissandérou :  nous nous séparons en 2 groupes.

Les jeunes prennent le car avec Félicité comme accompagnatrice, dans le but de découvrir les joies des transport sen commun... Bonne approche des réalités : le car aura 2 heures de retard !

Pendant ce temps, nous réglons quelques affaires en compagnie de Sandy et Thierry : récupérer les concombres au marché, un pneu…et déjeunons au restaurant « la forêt ». Un repère de blancs ! zut !

Arrivée à Bissandérou :

Joseph, parti en éclaireur, a récupéré tout le monde. Arrivée fêtée en musique et coups de feu du fusiller ! Le centre est rutilant. Chacun a choisi sa case, installé ses affaires. Tout le monde est content. Enfin, jusqu’à ce que Aude découvre dans sa case un insecte étrange, puis un deuxième… alors panique et inspection des chambres…Thierry restera discret sur la découverte d’un petit scorpion… Nous vous rassurons, il n’y a pas eu d’autres apparitions ensuite.

Les étudiants sont venus avec un projet prévu dans le cadre de leur cursus : montage d’une association avec recherche de financeurs. Leur objectif est de soutenir la réalisation du dispensaire (C.S.P.S : centre sanitaire et de promotion sociale) avec une participation financière (900 Euros) et physique  (mettre la main à la pâte... en l’occurrence des briques !).

L’état et une O.N.G japonaise prenant en compte la réalisation du C.S.P.S., les responsables du village ont évoqué le besoin urgent d’un logement de fonction pour un maître d'école. Ils ont donc travaillé avec les  maçons à la construction d’une habitation. Elle sera inaugurée le 1 avril (si, si !).

Ils ont également, avec Thierry, animé une matinée à l’école (jeux), distribué des cahiers et engagé une correspondance avec une classe tourangelle volontaire.

 Le groupe a apprécié les vélos pour visiter les différentes ethnies (nouni, mossi, peulh) sur les petits chemins d’une concession à l’autre.

Après les vélos, les pirogues sur le Mouhoun ! Il a fallu écoper avant d’embarquer ,et se tenir tranquille pour ne pas chavirer. Quelle balade agréable, sans hippopotame, sans crocodile, mais avec de ravissantes aigrettes.

Le soir, quel bonheur de pouvoir dormir en dehors des cases sous le ciel étoilé…

A Tchériba (20 km) : visite des autorités (Inspecteur de l’éducation nationale, Préfet, Gendarmes, Premier adjoint au Maire), puis découverte du grand marché très animé (animaux, fruits et légumes, quincaillerie, outillage, vêtements,…), puis du marché des poteries (attention : c’est lourd et ça casse !).

Nous avons trouvé le temps pour les causeries avec les jeunes du village (qui avaient oublié d’informer les filles !), avec les enseignants, les femmes, les associations : Diarazin, C.V.D (Comité Villageois de Développement). Echanges, réflexions, projets. Pendant ce temps, une animation-vidéo fait la joie des enfants, mais aussi des plus grands ! Le poste de télévision et le lecteur de DVD, alimentés par un groupe électrogène, sont  installés à l’ entrée du centre. Un grand succès.

A la cérémonie d’au revoir, les femmes sont venues préparer du beurre de karité, du dolo (bière locale à base de mil). Nous avons accueilli les autorités et les enseignants. Entre les discours, il y a eu des danses , puis des échanges de cadeaux : sacs de riz, fournitures scolaires, ballons pour l’école, un paquet pour chaque ethnie.

Au milieu de l’après-midi,  nous avons accueilli la famille Sadorge, membres de l’association. Les garçons ont vite été intégrés à l’équipe de blancs pour un match de foot face aux enseignants.  Courageux par cette chaleur…

Puis le lendemain matin, ce fut le départ. Rangement du centre et règlement du personnel, dernières photos souvenirs.

Les "masques"

Une photo souvenir mémorable

Soirée vidéo

Un peu de fatique sans doute ?

Causerie au salon

Il fait meilleur dehors la nuit

La douche

Les toilettes

La cuisine

Les femmes travaillent encore et encore...

A l'école

Séance de pêche collective

Chez la coiffeuse

Match de foot improvisé entre les professeurs des écoles et les "blancs"

4e étape : retour à Koudougou

La mare aux caïmans sacrés

Un peu de temps libre pour l’achat des derniers souvenirs : pagne, tongs….

Mais aussi, visite de la mare aux caïmans sacrés à Sabou (20 km). Tracas techniques avec les pneus fatigués, contrôles fréquents de la police pour vérification des papiers, des feux arrières….On en profite pour visiter la mosquée, pour photographier des scènes de vie.

Une après-midi chargée avec la visite de l’IUT de Koudougou, de l’usine Fasotex, et le soir une rencontre organisée par Azania Kabré, président de l’association Association Grâce Informatique pour Tous (AGIT), entre les étudiants et les jeunes entrepreneurs. Echanges d’expériences et questionnements intéressants seront nombreux au cours de cette soirée.

La fin du séjour approche, il faut peser les bagages, remercier nos amis, dire au revoir.

Nous partons pour Ouaga bien chargés, un peu nostalgiques, mais pleins de souvenirs et avec la satisfaction d’un séjour réussi. Dîner chez Désiré, puis nuit calme, il y a un peu de fatigue dans l’air…

 

Au revoir le Burkina.

 

Jean-Pierre Guichard

(Trésorier)